13 juillet 2021

L’emballage demain, avec ou sans plastique ?

Le CFIA, carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire, s’est tenu en juin à Rennes. Le thème de cet événement : l’emballage.

Effectivement, la législation récemment mise en place sur le marché du conditionnement alimentaire met en alerte sur le sujet. La Loi AGEC, ou loi anti gaspillage et économie circulaire, notifie la l’interdiction du plastique à usage unique sur le marché d’ici 2040. Interdiction à respecter d’ici l’année prochaine pour le marché des fruits et légumes. Des échéances sont imposées, et les acteurs du marché devront s’adapter et faire évoluer leurs solutions de conditionnement. 

 

Ce n’est pas tant le plastique qui est visé, c’est vraisemblablement l’usage unique. L’expert design packaging, Fabrice Peltier, invité lors d’une conférence du CFIA soulignait le fait que nos dirigeants considèrent que l’usage unique est le summum du gaspillage car on utilise la matière qu’une fois. La Loi Anti Gaspillage veut qu’on passe d’un usage unique à un usage multiple.

Qui dit usage multiple, dit réemploi ! Et le décret 3R qui découle de cette loi l’explicite enfin : Réduction, Recyclage et Réemploi. Premièrement, réduction des emballages pour ne pas suremballer des produits qui n’en nécessitent pas. Ensuite, recycler les matériaux, pour qu’en 2030 tous les emballages sur le marché soient recyclables sinon interdits. Et enfin, le réemploi afin d’utiliser les emballages pour la même fonction et les remplir à nouveau par le metteur sur le marché à de multiples reprises. 

Pour ce faire, de nouvelles solutions hybrides émergent sur le marché. Le carton et le papier reviennent en force, et les emballages en bois et coquillages font leur apparition. Ces solutions hybrides ne suppriment pas la présence du plastique, mais peuvent être intéressantes pour le réemploi. En effet, en 2023, 5% des emballages sur le marché devront être réemployés, et 10% d’entre eux en 2027. Le réemploi touche tout type de contenant : ceux en verre, en acier, en aluminium, en plastique.

 

Exigé et plébiscité par les pouvoirs publics et les consommateurs, l’inscription d’un contenant réemployable et recyclable sur le marché devient alors une nécessité pour ses acteurs. 

 

CONTENANTS INOX

 

L’initiative Berny s’affilie aux solutions de réemploi, en proposant des contenants consignés en acier inoxydable (inox). Un contenant réemployé pour le même usage, qui s’inscrit dans un système circulaire afin de minimiser la consommation d’emballages.

Partager :

Nous sommes impatients de discuter du futur de l’emballage avec vous

Nous contacter